Retour aux actualités
Article précédent

Rencontre avec Julian Diez, diplômé en Master RH à l’ISCG Paris et à l’UCLA Los Angeles, en double diplôme international avec IDDS

Portraits

-

15/10/2020

«Bonjour Julian!  Merci d’avoir accepté de nous rencontrer ! Pour commencer peux-tu te présenter ? Peux-tu nous parler de ton parcours ? »


Bonjour, je m’appelle Julian Diez, j’ai 22 ans.  Après un Bac STMG option gestion financière, j’ai intégré un DUT GEA à Villetaneuse. C’était un cursus formant sur l’ensemble des fonctions liées à la gestion d’entreprise où je me suis spécialisé dans les RH étant intéressé par la diversité des missions et responsabilités inhérent aux RH. Pendant mon année de DUT, j’ai effectué un stage chez Adecco en tant que Chargé de recrutement et j’ai décidé de poursuivre mes études dans le domaine des RH, tout d’abord dans le cadre d’une Licence pro RH en alternance, pendant laquelle j’ai occupé un poste généraliste RH, et enfin en Master Management des RH à l’ISCG Paris, en alternance chez Servair, également sur un poste généraliste. J’avais choisi l’ISCG Paris parce que des collègues m’avaient recommandé l’école et qu’il y avait un programme à l’international.


 « Alors justement, qu’est-ce qui t’a donné envie de suivre ce programme international proposé par  l’ISCG Paris.   Quelles étaient tes motivations ? »


Je suis quelqu’un qui voyage beaucoup, et je voulais avoir une expérience à l’international. Je souhaitais également perfectionner mon anglais. Et puis l’UCLA à Los Angeles, ça me faisait rêver ! C’est la 1ère Fac des Etats-Unis pour les Ressources Humaines, elle a le meilleur cursus. C’était une opportunité incroyable ! 


« Peux-tu nous expliquer comment tu as été accompagné dans tes démarches ? »


J’ai été très bien accompagné. Le réseau encadre beaucoup. J’ai tout d’abord passé une journée à l’ISCG Paris avec une personne du réseau IDDS ; On m’a présenté l’Université, et tous les aspects pratiques et techniques de l’organisation : le coût, les procédures pour l’obtention du visa… C’est important d’avoir une information claire et d’être accompagné, parce qu’il s’agit de procédures relativement longues. Il a fallu 6 mois pour mettre tout ça en place. 


« Peux-tu nous raconter ton expérience à Los Angeles ? »


Eh bien je suis parti de France le 30/12/2019 pour commencer le 03 janvier 2020. Je suis resté 6 mois. Malheureusement j’ai dû rentrer en juin au lieu de septembre à cause du confinement. Bien sûr c’était très frustrant ! Mais ça reste une expérience formidable. Et l’UCLA propose une plateforme en ligne pour gérer les cours à distance, c’est pratique et très efficace.


« Comment s’est passée ton intégration ? »


Très bien, ça a été très facile. L’IDDS aide beaucoup pour trouver un logement. Il y a beaucoup d’étudiants étrangers, c’est une vraie richesse culturelle. Entre les échanges et les cours d’anglais, j’ai progressé très rapidement dans la pratique de la langue. Cependant, le visa étudiant ne permet pas de travailler en dehors du campus et l’obtention d’un OPT (autorisation de travailler sur le sol américain suite à l’obtention d’un diplôme universitaire) est devenue presque impossible avec la situation actuelle. 


« Et les cours ? »


La formation était excellente. On avait des cours de 3h – 3h30. Il y avait beaucoup d’échanges avec les professeurs, et beaucoup de travaux de groupe. Les professeurs sont des professionnels reconnus, certains sont  DRH de grands groupes, comme Nike ou Microsoft. La formation est globalement très axée sur l’expérience. 


« Que t’ont apporté cette expérience et ce double diplôme ? »


Déjà avec ce diplôme, on peut postuler pour un OPT (Optional Practical Training), ce qui permet de travailler aux Etats-Unis pendant un an. Ensuite les retombées en termes d’offres sont très intéressantes. Et puis sur le plan humain, ça donne une autre vision du travail, du « travailler ensemble ». C’est une expérience que je pourrais revivre et que je recommande. 

Par contre il faut vraiment se préparer, et anticiper toutes les charges. La partie financière est vraiment à prendre en compte. Notamment, il faut comprendre dans le budget en plus des frais administratif de l’université, l’obtention du visa, les tests et cours d’anglais supplémentaires, la mutuelle santé obligatoire et tous les frais en relation avec la vie sur place.  Je dirais qu’il faut commencer à mûrir et préparer son projet 1 an à 1 an ½ avant. Et s’entraîner à l’anglais ! Il faut un niveau C1 validé à l’examen du TOFEL ou du l’IELTS au préalable, le cas contraire notre candidature est refusée. 


« As-tu gardé des liens depuis ton retour ? »


Oui bien sûr ! Sans contact, là-bas, c’est très dur, donc il faut absolument les développer. J’ai gardé en particulier contact avec les enseignants. Ils sont très bienveillants et nous font profiter de leur réseau. On se suit sur LinkedIn avec les autres étudiants, les profs, les recruteurs… 


« Quels sont tes projets maintenant ? »


Je suis en cours de création d’une entreprise dans le domaine de la sécurité. Et j’ai un autre projet, celui de la création d’un organisme de formation en 2021, toujours dans la sécurité.


 « Qu’elle est ta devise dans la vie ? Qu’est-ce qui t’anime ? »


Je citerais Nelson Mandela pour cette phrase très inspirante : « Je ne perds jamais, soit je gagne, soit j’apprends. ».  C’est ma façon de voir les choses.


 « Merci Julian !»




18 vues Visites

1 J'aime

Commentaires0

Veuillez vous connecter pour lire ou ajouter un commentaire

Articles suggérés

Portraits

Rencontre avec Éléonore Fernandes, diplômée de l'ISCG

photo de profil d'un membre

Claire FOURRIER

07 février

Portraits

Rencontre avec Lucie Gsell, diplômée de l'ISCG

photo de profil d'un membre

Claire FOURRIER

24 décembre

1

1

Portraits

Rencontre avec Mathilde Christophe, diplômée de l'ISCG

photo de profil d'un membre

Claire FOURRIER

04 avril